Année 2500 || Copenhague || Maître/Esclave
 

 :: GESTION :: Administration :: Contexte Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

~ Les mortels

avatar
Messages : 135
Ven 6 Avr - 23:08

~¤~ Les mortels ~¤~


Généralités

À l’heure actuelle, la Terre abrite quelques 3 milliards d’êtres humains et bien qu’étant, en nombre, très supérieurs aux vampires ils ne sont plus que considérés comme un vaste garde-manger. Le quotidien d’un humain varie grandement d’un individu à l’autre et certains jouissent d’une existence relativement commode tandis que d’autres luttent chaque jour un peu plus pour leur survie.


Elevage des êtres humains


Depuis la prise de pouvoir des vampires, quelque part en l'an 2000, les humains sont produits et élevés dans des centres de reproduction, plus ou moins luxueux, soigneux et réputés. Si l'état produit un quota d'humains standardisé selon un cahier des charges minutieux (les PILLS), la création de nourrissons n'est toutefois pas le privilège de l’institution publique. De nombreux acteurs peuplent le fructifiant marché de l’esclavagisme et de nouvelles structures voient le jour chaque année. Certaines aiment mettre en avant une ou plusieurs spécialités tandis que d’autres préfèrent proposer un large catalogue.

Les esclaves sont tous pucés, soit dès la naissance soit dès leur capture. L'implant permet d'accéder au dossier de l'individu ainsi qu'aux coordonnées de son actuel propriétaire. Généralement, la puce est profondément implantée dans l'avant-bras, mais si ce n'est physiquement pas possible, d'autres emplacements tels que l'épaule, la nuque ou le mollet sont préférés. Seuls les esclaves les plus coûteux bénéficient d'une puce permettant la géolocalisation, plus chère elle n'est implantée que par des sociétés privées ou des centres de reproduction luxueux. Les hybrides de combat classés comme étant dangereux doivent également porter une puce GPS.

Les enfants quittent en règle général le centre de reproduction dont ils sont issus entre quatre et six ans mais des dérogations peuvent être permises, notamment pour des utilisations très particulières qui nécessiteraient une prise en charge plus jeune. Il arrive, selon la structure qui s’occupera de leur dressage, que le transfert soit plus précoce ou davantage tardif. Le produit est ensuite éduqué et préparé à sa vie d’esclave, l’apprentissage dépend de l’établissement et est laissé à sa discrétion. Les PILLS sont, par exemple, alphabétisés et prêts à l’entretien classique d’une demeure ou d’un commerce.

Un être humain peut être mis en vitrine dès quatorze ans mais la plupart des boutiques préfèrent commercialiser des produits plus matures à l’âge de dix-huit ans.



Les PILLS

Les PILLS sont des esclaves financés, conçus puis éduqués à l’initiative du gouvernement et sous la direction de la RBBC (Royal Blood Bank of Copenhagen). Il s’agit d’humains mâles standardisés selon un cahier des charges qui est voté en assemblée et revu régulièrement. Il garantit un certain niveau de qualité ce qui fait des PILLS des produits plutôt appréciés.

Les PILLS sont séparés de leur mère dès leurs 3 ans, et mis en vente dès leurs dix-huit ans; Ils sont produits par centaines chaque année et sont vendus au prix unique de 2500$. Ils savent tous lire, écrire, compter et maîtrisent au minimum deux langues dont l’anglais. Ils sont en mesure d’entretenir une propriété de taille correcte et, sélectionnés pour leur bon caractère, ils peuvent également travailler.

Un PILLS n’ayant jamais été acheté est envoyé, à ses vingt-cinq ans, dans les cellules de la RBBC, par défaut.



Quelques règles - Le commerce de mortels

• Seuls les établissements agréés par le Conseil Fédéral de Copenhague et en possession d’une licence valide peuvent commercialiser des mortels.
• Chaque établissement doit soumettre un cahier des charges explicitant ses processus d’élevage et / ou de détentions, des inspections ont lieu régulièrement pour assurer la sanité de la fillière.
• Le taux de mortalité au sein d’un centre de reproduction, d’un établissement de dressage et d’une boutique ne doit pas dépasser 20% de la production.
• Les esclaves provenant de l’étranger doivent être munis d’une puce compatible et mise à jour avec le système de Copenhague ou des frais seront appliqués à la douane pour permettre le changement de puce.



Quelques règles - Acheter et posséder un mortel

• N’importe quel vampire sevré peut acheter un mortel, hybride ou humain, pourvu qu’il soit en mesure de présenter des papiers d’identité ainsi que de justifier d’un niveau de vie suffisant pour subvenir aux besoins d’un être vivant.
• Un vampire peut posséder autant de mortels qu’il le désire pourvu qu’il puisse toujours subvenir à leurs besoins.
• Un propriétaire s’engage à présenter son ou ses esclaves chaque année chez un médecin spécialisé pour un bilan de santé et permettre la mise à jour des informations contenues dans la puce.
• Un propriétaire qui tue ses esclaves se verra traduit en justice puis jugé selon la juridiction de Copenhague. Les cas classiques sont sanctionnées d’amendes à hauteur de la valeur de l’esclave assassiné. En cas d’impossibilité de payer le montant de l’amende, le vampire se verra condamné à effectuer des travaux d'intérêt généraux. Si un vampire tue l’esclave d’un autre, l’amende s’en verra doublée.


Les hybrides


125 ans ap.SV, les scientifiques créent une nouvelle espèce humanoïde, immunisée au virus Nécrosis. Ces êtres sont nommés “Hybride”, de part leur ADN mélangé à des gênes animaux. Les hybrides sont une tentative de pallier la faiblesse de l'espèce humaine en prévision d'une nouvelle épidémie de Nécrosis. L'extinction de l’humanité menant inévitablement la race vampire au trépas, à défaut de pouvoir se nourrir.

Depuis cette date, des hybrides de toutes sortes ont été expérimentés et créés, certains à partir d'animaux ou de créatures éteintes, le coût de production est alors aussi exorbitant que l’est le prix de vente de la créature.

Un hybride peut n’avoir aucun attribut visible de son hybridation tout comme il peut en posséder une ou plusieurs caractéristiques physiques. Les hybrides possédant des particularités leur permettant potentiellement de s’échapper (hybrides volants, aquatiques, etc…) ont obligatoirement une puce GPS permettant de les localiser.

Note : il est envisageable de transformer un hybride en vampire. Toutefois, compte tenu de la puissance et de la dangerosité potentielle d’une telle créature, la transformation ne sera autorisée qu’après une sévère étude du dossier de l’individu, et des tests psychologiques. La première transformation d’un hybride en vampire à eu lieu en 312 ap.SV et reste, encore à ce jour, une pratique peu répandue.


Les manipulations génétiques


Depuis que les humains sont produits en série, les manipulations génétiques sur eux n’ont cessé d’augmenter. Au début, il s’agissait simplement d’une sélection des gamètes pour éviter les tares génétiques, limitant ainsi la perte pécuniaire liée à la création d’un enfant impropre à la consommation. En 10 ap.SV, tous les facteurs de tares génétiques graves (trisomies et monosomies) étaient systématiquement écartées avant même implantation et le génome humain était entièrement décodé. Progressivement, avec les avancées scientifiques permirent de sélectionner les caractéristiques physiques des embryons produits, en fonction de ce qui était demandé par le public.

Il fallut attendre 55 ap.SV pour réellement parler de manipulation génétique : au début, cela se limita à des yeux un peu trop vifs pour être naturels, une peau toujours hâlée, etc. Il y eut quelques ratés, mais cela se stabilisa très vite. L’étape suivante fut de modifier, et non plus simplement altérer, les couleurs exprimées. Ce fut  en 75 ap.SV qu’on commença à voir quelques nourrissons aux cheveux et aux yeux non naturels, et, le temps de s’assurer que les produits étaient conformes, ils furent mis sur le marché en 100 ap.SV.


Le sang de vampire


Il est utilisé pour ralentir ou stopper momentanément les maladies humaines ou permettre de soigner des blessures récentes (lacérations, contusions, etc). Il permet de rattacher un membre coupé ou arraché s’il est administré suffisamment tôt, toutefois, si l’appendice est perdu...il ne permet pas de le faire repousser.

Le sang de vampire agit comme un booster, son absorption fatigue beaucoup les humains. Leur organisme est sur-stimulé pour se régénérer incroyablement rapidement. Il peut créer une dépendance, ou non, dépendamment des profils.


Les femmes


Les humaines qui ne sont pas sélectionnées pour enfanter sont dédiées au prélèvement sanguin et sont, comme tous les autres humains de cette catégorie, parquées dans de minuscules cellules aseptisées afin d’être régulièrement ponctionnées.


Les humains et hybrides libres


Les êtres humains constituent la principale source d’alimentation des vampires et à ce titre rares sont ceux à encore jouir d’une certaine liberté. Toutefois il en existe encore un certain nombre. Certains vivent en nomades, d’autres sont assez éloignés des villes pour établir des campements fixes. La plupart fuient les vampires comme la peste, mais quelques-uns ont des contacts réguliers avec eux (résistance, terroristes, etc…).

Les vampires de ville se méfient grandement des libres que l'on ne peut envisager d'attraper sans craindre pour la sécurité des humains "civilisés". En effet, la pandémie Nécrosis, bien qu’en théorie endormie, est susceptible d’avoir quelques restes parmi les population libres. Dans le doute, aucun humain ou hybride libre ne saurait être acquis ou mis en vente sans être au préalable passé par une quarantaine et des examens médicaux et sanguins.


Le marché noir


On trouve, sur le marché noir, toutes sortes de choses parfaitement illégales et plus ou moins dangereuses. Outre les denrées interdites telles que l’argent, vous pourrez vous y procurer -moyennant de fortes finances et les bonnes connaissances- des humains ou des hybrides arrachés à leur liberté et remis en vente sans être passés par les centre de dressage. (Attention, des test sanguins auront tout de même été effectués pour éviter de mauvaises surprises de Nécrosis) Cette pratique est illégale et risquée, mais comble les lubies de vampires amateurs de fougue et de sauvagerie indomptée. Sur ce même marché noir, il est possible de mettre la main sur des spécimens élevés en centres de reproductions et ayant tentés de s'enfuir. Leurs puces sont reprogrammées, leur dossier est modifié pour les rendre intraçables.

Certains d'entre eux, débarrassés de leur puce, sont vendus à prix d'or. Si vous perdez votre esclave, peut-être le retrouverez-vous là bas, mais dans quel état ? Il ne fait pas bon se faire mettre la main dessus par le marché noir…

Note : il est également possible d’y trouver des femmes, bien dissimulées et moyennement finance les plus téméraires peuvent s’octroyer quelques temps en leur compagnie. On ne s’achète pas une femme impunément de la même façon que l’on irait s’acheter un sac d’oranges. Pour le vendeur comme l’acheteur, la peine encourue s’ils sont démasqués est très lourde.


La Necrosis


Les particules volatiles se transmettent par les voix respiratoires et contaminent le sang du malade, les humains touchés meurent en quelques jours. Comme son nom l’indique, le virus Nécrosis provoque des rapides nécroses au niveau des tissus fragiles tels que les muqueuses.

Parmis les autres syndromes, on trouve de violentes poussées de fièvre souvent accompagnées de délires hallucinatoires et l’incapacité de se nourrir ou de boire sous peine de vomissements. En outre, en cas de blessures non cicatrisées avant la contamination, la Nécrosis en empêche tout rétablissement : les cellules endommagées meurent, pourrissent et ne sont pas régénérées.

Le sang de vampire ne peut rien contre cette terrible maladie.

Les esclaves ont des puces


Les esclaves sont tous pucés, et ce au plus tard avant la mise en boutique, pour plusieurs raisons :
• L’identification : une fois acheté ou cédé, un esclave est notifié comme appartenant à son nouveau propriétaire, et sa puce est mise à jour. En fonction des appareils utilisés pour lire les puces, on peut accéder à différentes informations : du dossier complet à (origine, âge, hybridation potentielle, suivi d’achat, traits de caractère, infractions potentielles, etc.), simplement, si l’esclave est déclaré comme volé ou non, s’il possède un permis et si celui-ci est en cours de validité. Le propriétaire peut aussi décider de mettre en accès libre certaines données concernant leurs esclaves. Un exemple parmi tant d’autres : autoriser les établissements gastronomiques à accéder directement à la liste d’allergies d’un mortel, ou les librairies à savoir quels genre de livres sont autorisés à l’achat par un esclave donné.
• L’accès à certaines zones : le propriétaire d’un esclave peut programmer la puce de celui-ci pour restreindre son accès à certaines zones. Ainsi, un esclave se faisant contrôler dans une zone où il n’a pas le droit d’être est raccompagné jusqu’au QG de la milice, et son propriétaire est appelé. Bien sûr, le vampire obligeant les forces de l’ordre à s’occuper de son esclave aura une caution à payer pour récupérer celui-ci.
• Les transports en commun : le propriétaire peut décider de faire avoir un abonnement directement dans la puce de son esclave, autant pour contrôler ses déplacements que pour s’assurer qu’il ne se fasse pas voler son abonnement.
• Le paiement : le propriétaire d’un esclave peut, à sa discrétion, créditer une certaine somme sur la puce de son esclave. Le paiement par puce est répandu, peut se calibrer comme le propriétaire le souhaite : montant maximum d’un coup, par jour, par semaine, mois, etc. En plus de la puce, il peut arriver que le paiement exige l’empreinte digitale de l’esclave ou son maître.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stella Cinis :: GESTION :: Administration :: Contexte-
Sauter vers: